Quelles huiles essentielles pour quel usage ?

Description

Du bon usage des huiles essentielles : comment bien les utiliser ?

 

Les huiles essentielles sont la base de l’aromathérapie. Elles renferment de puissants actifs qui peuvent servir à soulager de nombreux maux ou infections du quotidien et à assurer une meilleure santé. Inhalées, diffusées, utilisées directement sur la peau, pures, en synergie ou diluées avec des huiles végétales, en massage, il existe de multiples façons de les employer. Afin de vous aider à savoir quelle huile essentielle correspond à quel usage, nous vous avons concocté un petit guide. N’hésitez pas à le suivre.

 

L’art de l’aromathérapie : une science précise

 

L’art de l’aromathérapie consiste en la bonne utilisation des huiles essentielles. Obtenues par distillation des diverses parties qui composent une plante, les huiles essentielles renferment des actifs qui peuvent se révéler toxiques dans certaines circonstances. Elles ne doivent pas être utilisées de n’importe quelle façon. Des hôpitaux et des centres antipoison ont d’ailleurs alerté sur les problèmes que les huiles essentielles peuvent poser. Voici quelques conseils pour ne pas se tromper.

Aussi, tout le monde ne réagit pas de la même manière aux huiles essentielles, et les aromathérapeutes sont là justement pour aider chacun à trouver les huiles essentielles et utilisations qui fonctionnent le mieux, et à optimiser l’efficacité tout en limitant les risques.

 

Quelles huiles essentielles utiliser en aromathérapie ?

 

Les huiles essentielles ne sont pas soumises à des obligations juridiques, du moins en termes de qualité. Pour une bonne qualité, mieux vaut choisir une huile essentielle 100 % pure et naturelle, chémotypée (biochimiquement identifiée) et dont l’origine est indiquée. Une certification bio est un plus, lorsque délivrée par un organisme reconnu, en particulier pour les usages alimentaires ou pures. Cela garantit l’absence d’OGM et le respect d’un cahier des charges, mais attention cela ne garantit pas l’absence totale de résidus de pesticide ou fongicide de synthèse. D’ailleurs des produits conventionnels (non certifiés Bio) en agriculture raisonnée peuvent en réalité être parfois plus vertueux de ce point de vue. D’où l’importance d’avoir accès à une documentation qui garantit l’origine et la qualité des huiles essentielles, et des certificats d’analyses issus de contrôles qualité fiables.

utilisation des huiles essentielles

Il est recommandé aux fabricants d’huile essentielle de se référer à des normes AFNOR, mais elles n’ont pas à être indiquées sur l’emballage. Du coup, il est difficile, en ce qui concerne l’acheteur, de savoir quelles normes ont été respectées. De même certains composants, pourtant présents, n’apparaissent pas sur l’étiquetage.

Il est recommandé d’acheter des huiles essentielles dont l’origine et la composition sont garanties et documentées, notamment au travers d’un Certificat d’Analyse issu d’un contrôle qualité rigoureux, propre à chaque produit (lot de fabrication). Cette transparence permet d’avoir l’esprit tranquille, de pouvoir bénéficier de conseils et de posologies ajustées par les aromathérapeutes et professionnels de santé, et de toutes les informations de sécurité en cas de problème.

 

Où acheter ses huiles essentielles ?

Traditionnellement, en France, la pharmacie est le lieu de référence pour ceux qui recherchent la sécurité ainsi que des conseils. La vente en ligne et en magasins Bio se développent incontestablement, avec des conseils et des produits de qualité et de prix très variables. Malheureusement, la documentation et la transparence ne sont souvent pas là.

Aussi, pour aller plus loin dans l’ajustement des dosages, par vous-même ou avec l’aide d’un aromathérapeute, pour comprendre pourquoi telle huile marche mieux que telle autre, ou pose problème, il serait très utile d’avoir le maximum d’information concernant l’origine de la plante et la composition biochimique, autrement dit la teneur précise en molécules actives du lot de fabrication dont est issu le produit. Mais peu de marques et de vendeurs fournissent ce niveau de détail.

Pour les professionnels, avoir une documentation complète et fiable du fournisseur est tout simplement indispensable pour pouvoir optimiser les usages, formulation et dosages dans les préparations, assurer la sécurité de leurs clients, et être irréprochable en cas d’audit règlementaire ou pour obtenir une certification ou un label.

Un autre aspect, de plus en plus important, est de considérer l’impact de son achat en termes de développement durable: la traçabilité depuis l’origine, les conditions de culture, de récolte et de fabrication, l’impact sur les économies locales des pays concernés et sur l’environnement. Un achat en conscience devrait donc impliquer d’avoir suffisamment d’informations, de transparence et de garanties sur tous ces aspects. Dans certains cas, les productions vertueuses pourront obtenir un label équitable tel que Fair For Life (FFL).

 

Chaque intermédiaire rajoute à l’impact carbone et au coût du produit final.

Pour toutes ces raisons, il faut privilégier une chaine la plus courte possible entre l’acheteur et le producteur, et s’assurer qu’une documentation précise et transparente garantit ce que contient réellement le produit. Or il est difficile de trouver des producteurs fabricants qui vendent en direct tout en fournissant une documentation complète et fiable. C’est pourquoi le groupe familial Biolandes, producteur et fabricant d’extraits naturels responsables, tracés et documentés, leader reconnu depuis plus de 40 ans, lance la marque Landema, pour rendre accessible à tous ses produits d’exception.

 

Comment lire une étiquette d’huile essentielle ?

Les informations obligatoires dépendent de la catégorie d’usage choisie par le fabricant.

Les principales catégories d’usages sont :

  • Arôme naturel ou pour usage dans les denrées alimentaires
  • Complément alimentaire
  • Ingrédient pour cosmétique ou parfumerie

« Toute allégation laissant penser qu’une huile essentielle en vente libre pourrait prévenir ou traiter une pathologie est interdite. Elle ferait de l’huile essentielle un médicament au sens du Code de la santé publique. Certaines huiles essentielles entrent d’ailleurs dans la composition de médicaments » DGCCRF – DECEMBRE 2018

Sur les étiquettes d’huile essentielle, vous devrez vous assurer de trouver obligatoirement :

  • La désignation du produit :
    • En cas d’huile essentielle pure : Huile Essentielle de Plante

Et la mention « pure » dispense alors de préciser la composition séparément

  • Nom commercial (souvent en cas de mélange), dans ce cas la composition indiquant les huiles essentielles et autres composants est obligatoire pour un produit à usage alimentaire
  • Le numéro de lot de fabrication
  • Date de fabrication et date de durabilité minimale (DDM) ou Durée Après Ouverture ou DLUO (« à consommer de préférence avant » pour un usage alimentaire)
  • La quantité nette (mL ou g)
  • La raison sociale et adresse du fabricant

Le nom botanique (latin) de la plante n’est pas légalement exigé, mais c’est fortement recommandé. Pour en être convaincu, lisez notre article sur les lavandes  et demandez-vous ce qu’il y a dans un flacon indiquant simplement « Huile essentielle de Lavande ».

Parmi les informations qu’on peut retrouver mais qui sont facultatives : la partie de la plante utilisée, l’origine (pays de récolte), le mode d’extraction, le chémotype (les principales molécules, avec parfois leur %), les conseils d’utilisation (mode d’emploi obligatoire pour les compléments alimentaires qui impliquent un aspect santé).

 

En cas d’usage alimentaire, les pictogrammes de danger (mentions CLP : “Classification, Labelling and Packaging” suivant réglementation CE No 1272/2008) ne sont pas obligatoires.

La plupart du temps, les précautions d’usage notées sont génériques, en déconseillant aux enfants, aux femmes enceintes ou celles qui allaitent. Suivant la classification, une posologie peut être indiquée, c’est-à-dire un nombre de gouttes maximum à respecter, si l’on désire éviter un surdosage qui pourrait être dangereux.

 

Des huiles essentielles pour une utilisation en massage

 

Les huiles essentielles qui peuvent être utilisées pures en application directe sur la peau sont rares. La Lavande vraie ou officinale est l’une d’entre elles. Parfaitement tolérée, elle peut même être employée pour des enfants en cas de piqûres d’insecte, afin de soulager les démangeaisons et la douleur, ou d’invasion de poux.

 

Les huiles essentielles peuvent être utilisées par voie cutanée, si elles sont diluées dans une huile végétale neutre. Les HV les plus connues, dans cet emploi, sont celles d’Olive, de Macadamia, d’Amande, de Jojoba, de Coco ou d’Argan, reconnues dans le domaine de la beauté et du bien-être.

 

Il est recommandé de toujours faire un test d’application de la préparation la veille, dans le pli du coude afin de vérifier qu’il n’y a aucune réaction allergique ou irritante. Ces réactions sont rares et dépendent de la sensibilité de la peau.

 

Les huiles essentielle de Lavande, d’Ylang Ylang ou d’Arbre à thé, plus connue sous la dénomination de Tea Tree, sont les plus réputées en emploi cutané. Elles contribueraient à soulager différents soucis, et notamment ceux dus à l’acné ou à une affection telle que le psoriasis.

 

D’autres huiles essentielles comme celles de Citron (Citrus limon), de Menthe poivrée (Mentha x piperita), de Cèdre de l’atlas (Cedrus Atlantica), de Pin sylvestre (Pinus sylvestris) ou encore de Criste Marine (Crithmum maritimum) sont reconnues pour leur action sur la cellulite. Les huiles essentielles d’agrume, en particulier de Citron, contribuent à détoxifier et brûler les graisses, grâce à sa forte teneur en limonène, et les huiles essentielles de conifères contribuent à diminuer la rétention d’eau et à favoriser la circulation. L’huile essentielle de Menthe est stimulante, apporte de la fraicheur et contribuerait à l’élimination des graisses.  Elles font souvent partie des synergies créées afin de lutter contre la peau d’orange et s’appliquent en friction ou en massage doux et prolongé.

 

Des huiles essentielles à employer en diffusion

 

Une utilisation des huiles essentielles avec un diffuseur permet de bénéficier de tous leurs bienfaits et propriétés purifiantes tout ayant une odeur agréable. Certaines comme le Ravintsara, le Petit Grain Bigarade ou la Mandarine peuvent servir, employées en diffusion, si l’on souhaite assainir une pièce et la parfumer agréablement grâce à leurs particules aromatiques. 3 gouttes diluées dans de l’eau et diffusées quelques minutes dans la pièce avec un diffuseur approprié suffisent à profiter de leurs vertus et dont un effet relaxant qui contribuerait à réduire le stress.

 

Des huiles essentielles pour inhalation

 

Quelle est l’utilité d’une huile essentielle ? Une inhalation est une bonne manière de profiter des propriétés aromatiques et bénéfiques de certaines huiles essentielles, particulièrement celles qui peuvent aider, par leurs effets, à dégager les voies respiratoires comme l’Eucalyptus globulus ou le Thym à Thymol (thymus vulgaris ct thymol). Si l’on veut inhaler les huiles essentielles, il convient de faire chauffer de l’eau et d’y déposer quelques gouttes d’huile essentielle. Il suffit ensuite de s’installer au-dessus de la casserole ou du bol, en se couvrant la tête d’une serviette, de fermer les yeux et de respirer normalement durant une dizaine de minutes. Cet usage traditionnel contribuerait à soulager certains symptômes d’ infection ORL, nez bouché ou bronches encombrées.

 

Des huiles essentielles dans le bain

 

Il est possible de profiter des effets relaxants, antidouleur et antistress des huiles essentielles dans un bain, à condition, néanmoins, de savoir comment les employer. Les huiles essentielles ne sont pas solubles dans l’eau. Pour les diluer dans un bain, il est nécessaire d’utiliser un dispersant, tel que le Solubol®. Ce dernier, fabriqué par le groupe familial Biolandes, a aussi l’intérêt d’être utilisable pour des préparations alimentaires Si l’on veut éviter de faire une réaction cutanée, il est conseillé de bien diluer les huiles essentielles, par exemple avec un mélange dans une huile végétale, ou de ne pas rester plus de 10 minutes dans la baignoire.

Il convient d’être prudent car les huiles essentielles peuvent alors entrer en contact direct avec la peau voire les muqueuses. Ainsi certaines huiles essentielles dermocaustiques sont à proscrire et attention en cas d’usage d’huiles essentielles photosensibilisantes.

 

Des huiles essentielles à prendre par voie orale

 

De nombreuses huiles essentielles peuvent être prises par voie orale. C’est le cas de celles que l’on recommande dans le cadre du bien-être digestif ou dans le but d’apaiser les douleurs de l’abdomen. Toujours vérifier sur l’étiquette que le produit convient à un usage alimentaire (c’est le cas pour un arôme naturel), ou voie orale, et toujours respecter les doses maximum indiquées Dans le doute, se limiter à quelques gouttes par jour et sans usage prolongé ou répété.

Les huiles essentielles de Basilic (Ocimum basilicum), Menthe poivrée (Mentha x piperita) et d’Estragon (Artemisia dracunculus) sont réputés pour leurs bienfaits sur le transit. Elles aideraient à soulager des maux tels que les nausées ou les flatulences, prises dilués sur un support neutre qui peut être un comprimé, une cuillère de miel ou un sucre.

Il convient d’être particulièrement prudent avec cet usage interne, et de demander l’avis d’un professionnel de santé en cas de doute, et impérativement pour les personnes sensibles, enfants et femmes enceintes. Pour rappel certaines huiles essentielles peuvent être neurotoxiques ou dangereuses pour le foie ou les reins .

 

Pour des informations complémentaires et pour référence, la brochure officielle de la DGCCRF :

https://www.economie.gouv.fr/files/files/directions_services/dgccrf/documentation/publications/depliants/huiles-essentielles-depliant.pdf