Huiles essentielles : de quelle façon les utiliser à la maison ?

Catégorie :

Description

En aromathérapie, l’importance des huiles essentielles n’est plus à démontrer. Dans cette discipline qui prône le maintien en bonne santé par le biais des plantes, elles permettent de soulager de nombreux bobos du quotidien. Stress, piqûres d’insectes, aphtes, troubles digestifs, rhumatismes : rien ne résiste à leurs bienfaits. Directement appliquées sur la peau, en massage, en diffusion ou en inhalation, il est possible de les faire pénétrer dans le corps par de multiples biais. Comment employer ces produits naturels de façon sûre et efficace ? Le guide d’utilisation qui suit peut vous aider.

Les huiles essentielles : des produits polyvalents et puissants

La plupart du temps, on s’intéresse aux huiles essentielles parce que l’on souhaite résoudre soi-même un petit souci de santé. On s’aperçoit alors que les huiles essentielles sont riches en molécules actives puissantes et polyvalentes. Si l’on débute dans cet art précis qu’est l’aromathérapie, mieux vaut ne pas se disperser et décider de commencer par utiliser les reines du domaine. Au nombre de six, ces huiles essentielles, polyvalentes et d’usage traditionnel, peuvent aider à soulager, seules ou combinées, de très nombreux maux du quotidien. Voici leurs propriétés généralement reconnues dans les usages traditionnels :

  • L’huile essentielle de Tea Tree : antifongique, antiparasitaire et immunostimulante.
  • L’huile essentielle de Lavande fine : pour toute la famille, antalgique, relaxante, insectifuge.
  • L’huile essentielle de Petit Grain Bigarade : apaisante et sédative.
  • L’huile essentielle de Menthe poivrée : carminative et digestive.
  • L’huile essentielle de Gaulthérie odorante : anti-inflammatoire.
  • L’huile essentielle de Ravintsara : immunostimulante et antivirale.

Les huiles essentielles, des extraits naturels concentrés en molécules puissantes à employer avec précaution

Les huiles essentielles sont composées de molécules aromatiques qui peuvent se combiner facilement entre elles et produire des effets intéressants sur le corps humain. Elles sont d’une excellente biodisponibilité et très concentrées en actifs. Elles doivent donc être employées avec précaution.

Comme de nombreux produits venus des plantes, les huiles essentielles peuvent présenter des risques de toxicité. Elles ne doivent pas être utilisées à tort et à travers. Mieux vaut se renseigner auprès de professionnels de santé sur les voies d’utilisation et les dosages de chacune, en particulier en cas d’usage interne ou de personnes sensibles, enfants ou femme enceinte.

La plupart des huiles essentielles sont assez sûres et peuvent être utilisées par toute la famille. C’est le cas notamment de la Lavande fine (ou officinale) ou du Ravintsara. D’autres, particulièrement celles qui contiennent du camphre, demandent plus d’attention.

En cas de doute, il vaut mieux se renseigner ou s’abstenir d’employer les huiles essentielles. Il est également conseillé de sélectionner avec soin celles que l’on utilise. Le mieux et de les choisir chémotypées, c’est-à-dire biochimiquement identifiées, et de bonne qualité, si possible certifiées Bio.

Où mettre des huiles essentielles pour profiter de leurs propriétés ?

Les voies d’administration des huiles essentielles sont nombreuses. Il est possible de les utiliser directement sur la peau, de préférence diluées dans une huile végétale adaptée, par exemple pour des massages, dans certains cas quelques gouttes pures pour un usage localisé, de les mettre dans de l’eau chaude pour une inhalation, ou encore de les diffuser avec un appareil adapté (sans les chauffer !), pour profiter de toutes leurs vertus. Dans tous les cas il faut éviter les yeux et les muqueuses, et éviter les usages répétés sur de longues périodes et bien aérer les pièces.

Des huiles essentielles idéales par voie cutanée

Certaines huiles essentielles permettent d’aider à soulager différents problèmes cutanés. Le Géranium Rosat, La lavande ou le Laurier sont reconnus dans des usages traditionnels,  notamment sur les boutons causés par l’acné. L’Hélichryse italienne, le Patchouli ou le Romarin sont appréciés pour leur rôle qui faciliterait la cicatrisation. Le Citron et le Cèdre de l’Atlas contribueraient à la disparition de la cellulite.

Toutes ces huiles essentielles peuvent s’appliquer en massage. Il est recommandé de les diluer dans une huile végétale neutre comme l’Argan ou l’Olive avant de masser doucement et longuement la zone concernée. Quelques gouttes d’huile essentielle suffisent généralement pour obtenir de bons résultats. Le dosage sera en général de 2 à 20% d’huile essentielle pure dans le mélange final : plus la zone d’application est grande, plus on dilue l’huile essentielle, le but étant de maitriser la quantité de molécules actives absorbées par le corps. Une goutte d’huile essentielle fait en moyenne 0,03mL, donc compter 1 à 7 gouttes par mL d’Huile Végétale est un bon repère. Les huiles végétales sont en général très bien absorbées par le corps, contrairement aux huiles minérales ou de synthèse, ce qui en fait un vecteur rapide et efficace pour une assimilation rapide des huiles essentielles mélangées, et donc un effet puissant. C’est aussi pourquoi il faut rester prudent !

Par ailleurs, certaines huiles essentielles sont dermocaustiques et donc à ne pas utiliser pures sur la peau (ni directement dans l’eau du bain) : Ajowan, Basilic, Bergamote, Cannelle, Cardamome, Ciste, Citron, Clou de Girofle, Cyprès de Provence, Encens, Estragon, Galbanum, Genévrier, Gingembre, Lemongrass, Mandarine Verte, Mélisse, Muscade, Myrte citronnée, Myrte verte, Orange Douce, Origans, Pamplemousse, la plupart des Pins et Sapins, Poivre Noir, Romarin à Cinéole, Sarriette des montagnes, Thym à Thymol, Verveine Exotique, Verveine Odorante.

Certains huiles essentielles sont photosensibilistantes, dont la plupart des agrumes, à cause de molécules appelés coumarines, qui peuvent faire des tâches sur la peau en cas d’exposition au soleil ou aux UV: Angélique, Bergamote, Camomille Matricaire, Cannelle (écorce), Citron, Fenouil Doux, Khella, Livèche, Mandarine Verte, Orange Douce, Pamplemousse, Verveine Odorante.

Des huiles essentielles pour les muscles et les articulations

Les huiles essentielles de Lavandin super, Gaulthérie odorante, d’Eucalyptus citronné ou de Pin sylvestre peuvent être utilisées pour soulager les crampes, les courbatures ou les douleurs musculaires ou rhumatismales. Pour soulager la zone concernée, il convient de la masser doucement durant un certain temps. Les huiles essentielles peuvent être utilisées pure avec une ou deux gouttes sur de petites zones pour un effet localisé, mais elles s’utilisent généralement diluées dans une Huile Végétale appropriée.

Des huiles essentielles en diffusion pour calmer le système nerveux

Les huiles essentielles de Camomille romaine, d’Ylang Ylang, de Mandarine verte et de Marjolaine à coquilles sont souveraines pour relaxer un système nerveux surmené. Les respirer, lorsqu’elles sont diffusées, contribuerait à apaiser les angoisses et l’hyperactivité. Elles contribueraient aussi à améliorer le sommeil.

Des huiles essentielles à prendre par voie orale pour les troubles digestifs

Pour tout usage oral ou interne il convient d’être particulièrement prudent* et de consulter un professionnel de santé en cas de doute, et de s’abstenir pour les personnes fragiles, enfants et femmes enceintes. Il est recommandé d’utiliser des Huiles Essentielles dont l’étiquette mentionne explicitement un usage alimentaire possible, arôme naturel ou complément alimentaire.

Des huiles essentielles comme celles de Basilic tropical, de Cardamome, de Cannelle, de Menthe poivrée, de Citron ou d’Estragon peuvent être administrées par voie orale à raison d’1-2 gouttes à prendre sur un support neutre, c’est-à-dire déposées sur un sucre, un comprimé neutre ou dans une cuillère de miel. Elles aideraient à soulager des maux divers comme les nausées, les ballonnements ou les flatulences. Elles peuvent également relever un plat. Certaines recettes de cuisine (attention on rappelle qu’il ne faut jamais chauffer les huiles essentielles au-delà de 40°C), et même de grands Chefs étoilés ont fait une spécialité de l’utilisation des huiles essentielles !

* Certaines huiles essentielles, surtout en cas de prise à forte dose ou répétées, peuvent être neurotoxiques : Aneth, Carvi, Cèdre de l’Atlas, Coriandre (graine), Curcuma, Eucalyptus Globulus, Fenouil Doux, Lavande Aspic, Menthes, Muscade, Myrte citronnée, Romarins, Thym à Thymol

Comment diluer de l’huile essentielle dans de l’H2O ?

Les huiles essentielles ne sont pas solubles dans l’eau. Cela signifie qu’elles ne se diluent pas et donc restent sous forme de gouttelettes pures éparpillées. Il n’est donc pas conseillé d’ajouter à son bain des gouttes d’huiles essentielles pures. Pour les diluer dans un liquide aqueux, il convient d’abord de les diluer. Il existe plusieurs moyens : shampooing ou savon liquide (faire un test avant), sels de bain, huiles végétales (ça ne sera toujours pas soluble dans l’eau, mais au moins ce sera dilué donc moins risqué), ou enfin l’idéal pour des préparations maitrisées: un dispersant, tel que le Solubol®.

Lorsque l’on mélange des huiles essentielles à un liquide aqueux chaud, c’est avant tout pour faire une inhalation. Dans ce cas, l’huile n’est pas diluée, mais les particules aromatiques qu’elle contient sont tout de même diffusées, et sans contact direct avec la peau.

Comment utiliser les huiles essentielles avec un diffuseur ?

Il existe différents types de diffuseurs pour huile essentielle. Certains procèdent par brumisation, d’autres par nébulisation. Toute chauffe supérieure à 40°C est à proscrire car cela altère les molécules, anéanti les effets bénéfiques voire même devient toxique. Pour la brumisation il convient d’ajouter un liquide aqueux avec les huiles essentielles. La dose conseillée d’huile essentielle est alors de 3 à 5 gouttes d’huile essentielle pour 100 ml d’eau. Pour éviter d’encrasser son diffuseur, il est recommandé de le nettoyer régulièrement avec un nettoyant spécifique. Certains diffuseurs par micro-nébulisation à froid permettent une utilisation pure. Ce sont les plus puissants car capables de diffuser une grande quantité de molécules aromatiques avec un débit élevé, mais aussi les plus onéreux pour un matériel fiable.

Il est recommandé de ne pas dépasser 15 min de diffusion active, maximum 3 fois par jour, et de bien aérer. Et pas en présence de personnes sensibles ni enfants de moins de 3 ans.

Il ne faut pas diffuser d’huiles essentielles riches en cétones (par exemple Menthe Poivrée et Hélichryse) ou en phénols (par exemple Thyms et Cannelles), et plus globalement il est déconseillé de diffuser des huiles essentielles pouvant être neurotoxiques, hépatotoxiques, néphrotoxiques ou allergisantes.